La façon dont l’enquête soutient l’apprentissage des élèves en ÉPS | Ophea.net

La façon dont l’enquête soutient l’apprentissage des élèves en ÉPS

Lundi, Avril 4, 2016 - 11:05
 étudiants jouant au soccer

Traditionnellement, un enseignant est défini comme une personne qui transmet des connaissances, mais tout enseignant moderne vous dira qu’une certaine magie se produit lorsque l’on aide les élèves à chercher de l’information et à tirer eux-mêmes des conclusions, plutôt que tout simplement leur donner les réponses.

L’apprentissage fondé sur l’enquête est une démarche qui commence en faisant participer les élèves à la formulation de questions sur des sujets qui les intéressent. Au cours de leurs efforts pour trouver les réponses, ils acquièrent de nouvelles connaissances, compréhensions et significations. Ils les utilisent ensuite pour répondre à une question, pour créer une solution, ou pour appuyer une position; cette démarche peut aussi mener à d’autres questions portant sur des sujets qui les intéressent. L’enquête est également une approche très efficace en enseignement, tout particulièrement dans cette ère où l’information est omniprésente. Il est facile d’avoir accès à des connaissances; cependant, les élèves doivent apprendre comment analyser et comprendre cette information afin d’être en mesure d’en tirer des conclusions.

Comme l’explique Nicki Keenliside, leader pédagogique en éducation physique et santé au Toronto District School Board, « Je pense que ce que nous valorisons en matière d’éducation a évolué. Nos besoins en matière d’enseignement doivent donc également évoluer. Nous n’avons plus besoin que les enfants reçoivent de l’information de l’enseignant pour ensuite la réciter. L’enquête et la recherche permettent à l’apprenant d’établir des liens entre l’apprentissage et ce qui se trouve en eux. [...] Il s’agit d’une approche constructiviste. »

L’enquête n’est pas un « ajout ».

L’enquête et la recherche sont utilisées comme stratégie depuis plusieurs années dans plusieurs autres programmes-cadres; cependant, cette approche est inscrite formellement dans le programme-cadre d’ÉPS pour la première fois depuis la publication du programme-cadre d’éducation physique et santé de 2015 (1re à 12e année).

La plupart des enseignants utilisent déjà l’enquête dans leur enseignement, même s’ils ne la désignent pas ainsi. Après tout, il va sans dire qu’un aspect important de l’enseignement est le fait de poser des questions qui mènent les élèves à penser de façon critique; et même si l’apprentissage fondé sur l’enquête repose sur l’idée de poser des questions auxquelles les élèves doivent répondre, d’autres éléments entrent en ligne de compte.

L’enquête est un processus formel que l’on peut diviser en trois principaux stades, soit le lancement, la facilitation et la compréhension. Lors du « lancement », les élèves (avec l’appui de leur enseignant) formulent des questions à explorer qui sont liées aux grandes idées du programme-cadre. Lors du deuxième stade (facilitation), les enseignants facilitent la recherche des élèves et les aident à interpréter et analyser l’information recueillie. Lors du dernier stade (compréhension), les élèves évaluent et tirent des conclusions et ils communiquent ce qu’ils ont appris en faisant toujours des rapprochements avec le programme-cadre. Tout au long du processus, les élèves sont encouragés à effectuer une réflexion sur ce qu’ils ont appris, et sur le pourquoi et le comment ils l’ont appris. 

Comme l’explique Deb Lawlor, conseillère en matière du programme-cadre d’éducation physique et santé (9e à 12e année) et d’études contemporaines (7e à 12e année) au Service d’aide à la réussite des élèves au Ottawa Catholic School Board, « Il s’agit d’une approche efficace parce qu’elle suscite la participation des élèves et les aide à renforcer leurs connaissances. Elle leur fait songer à ce qu’ils savent déjà et à ce qu’ils veulent savoir de plus. »

Et bien que l’enquête et la recherche sont inscrites au programme-cadre de toutes les matières, Karin Podlatis-Brown, directrice adjointe au Chippewa Secondary School à North Bay, souligne que l’approche a un rôle particulier en ÉPS. Selon elle, « L’apprentissage fondé sur l’enquête est particulièrement important pour les enseignants d’ÉPS et leurs élèves parce que le contenu du programme-cadre a un caractère personnel. » Qui plus est, quelle que soit l’année d’études, une même question centrale revient dans le programme-cadre sur laquelle chaque élève doit effectuer une réflexion : Comment puis-je faire des choix sains pour moi?

L’enquête enseigne des habiletés pour le 21e siècle.

À l’automne 2013, des individus et des organismes des quatre coins de l’Ontario ont été consultés afin d’élaborer une nouvelle vision de l’éducation, en mettant un accent sur les habiletés et les connaissances dont les élèves de l’Ontario auront besoin à l’avenir. Le résultat de ces consultations fut la publication de la ressource Atteindre l’excellence : Une vision renouvelée de l’éducation en Ontario, un plan d’action pour aider les élèves à acquérir et développer les habiletés de la pensée de niveau supérieur que l’on appelle également les « compétences du 21e siècle ». 

« Lorsque les élèves participent à l’enquête et à la recherche, ils doivent faire appel à toutes leurs habiletés d’apprentissage », explique Mme Keenliside. « Ils doivent penser de façon critique, évaluer l’information et communiquer ce qu’ils ont appris; toutes des habiletés requises au 21e siècle ».

Ces habiletés sont importantes, mais la capacité à penser de façon critique est d’autant plus essentielle dans un monde où la technologie permet l’accès au bout des doigts à une foule de renseignements provenant de différentes sources. Comme le souligne Mme Keenliside, « Nous devons aider les élèves à comprendre ce que signifie avoir un esprit critique. Ils doivent savoir d’où provient leur information, c’est-à-dire qui a rédigé le texte et pour quelle raison, avant de prendre cette information et de l’utiliser à leurs propres fins. » 

L’enquête est une excellente façon d’acquérir les habiletés de vie.

Les habiletés de vie sont les habiletés personnelles et interpersonnelles ainsi que la pensée critique et créative qui sont intégrées aux attentes et aux contenus d’apprentissage du programme-cadre d’ÉPS. Lorsque vient le temps de les enseigner, l’enquête et la recherche conviennent parfaitement.

« L’ensemble du contenu portant sur la pensée critique et créative est en fait l’enquête et la recherche », dit Mme Lawlor. « Les élèves doivent interpréter l’information et en faire une synthèse.

Le tout mène ensuite à une réflexion sur ce qui peut être fait différemment et sur la façon dont ces connaissances peuvent être transférées à de nouvelles situations. »

« Ils interagissent positivement avec leurs pairs et travaillent en collaboration », ajoute Mme Keenliside en parlant du processus d’enquête.

Selon Sharon Seslija, une ancienne conseillère pédagogique pour le Greater Essex County District School Board, grâce à cette approche, les élèves acquièrent également des habiletés de connaissance de soi et de gestion du temps.

L’enquête personnalise l’apprentissage dans le domaine d’étude Vie saine.

L’apprentissage fondé sur l’enquête convient aussi parfaitement à l’enseignement du domaine d’étude Vie saine du programme-cadre, au cours duquel les enseignants abordent des sujets comme la saine alimentation, le développement et la santé sexuelle.

« Un élève est arrivé un jour avec un très grand café avec deux crèmes et deux sucres », raconte Mme Seslija en guise d’exemple. Plutôt que de donner un exposé sur le contenu nutritionnel de cette boisson, l’enseignant a suggéré à l’élève de faire une recherche pour l’apprendre. « Après avoir constaté le nombre de calories et la teneur en matière grasse de son café, l’élève est arrivé la journée suivante avec une bouteille d’eau », raconte Mme Seslija. « Il s’agit d’une façon très simple d’avoir recours à une approche fondée sur l’enquête ».

Dans l’exemple de Mme Seslija, non seulement l’apprentissage est orienté par les élèves, mais il est aussi personnalisé et il met à profit un moment propice à l’enseignement. Cependant, l’enquête dans le cadre du domaine d’étude Vie saine peut prendre une approche plus formelle.

Par exemple, un enseignant peut poser une question d’ensemble aux élèves au cours d’une unité. « Au lieu de dire, “Parlons de la santé mentale”, il peut demander aux élèves, “Qu’est-ce qui fait qu’une personne est en santé?” », suggère Mme Lawlor. Selon le degré de préparation des élèves, ils peuvent travailler avec l’appui de l’enseignant ou de façon plus autonome pour recueillir de l’information, en faire une synthèse et effectuer une réflexion sur celle-ci afin de tirer leurs conclusions.

L’enquête aide les élèves à faire des rapprochements dans les domaines d’étude Vie active et Compétence motrice.

L’apprentissage fondé sur l’enquête peut également être un outil efficace dans le contexte de l’activité physique, particulièrement lorsque les enseignants adoptent l’approche Apprendre et comprendre par le jeu (ACpJ). Dans cette approche, les jeux et les activités sont divisés en quatre principales catégories, les jeux d’une même catégorie faisant appel à des habiletés et tactiques similaires (c.-à-d. jeux de cible, jeux au filet/mur, jeux pour frapper/saisir, jeux de territoire).

Comme l’explique Mme Lawlor, « L’approche Apprendre et comprendre par le jeu intègre déjà le concept de l’enquête dans le contexte de l’activité physique. Les élèves apprennent à analyser des stratégies de jeux et à interpréter les mouvements des adversaires. »

« Ils sont aussi en mesure de transférer des habiletés, surtout lors de jeux faisant partie de la même catégorie, » ajoute Mme Seslija. « Par exemple, si vous pratiquez le basketball et le soccer, deux jeux de territoire, plusieurs des habiletés requises sont les mêmes, mais un jeu se joue avec les mains et l’autre avec les pieds. Lorsque les enfants font des rapprochements, ils apprennent mieux ».

Même si les enseignants choisissent d’adopter en éducation physique une approche plus traditionnelle reposant sur les sports, l’enquête peut jouer un rôle important. « Posez-leur des questions sur les stratégies de jeux », dit Mme Lawlor. « Comment pouvez-vous frapper avec le plus de force possible sans perdre le contrôle? Quelle est la meilleure façon de vous positionner pour reprendre possession du ballon? Ils commencent alors à interpréter et analyser ».

L’enquête offre de multiples points d’entrée.

Bien que les stades et les étapes du processus d’enquête suivent un parcours linéaire, les enseignants n’ont pas à faire effectuer chaque étape par les élèves à chaque reprise. Les enseignants peuvent choisir le point d’entrée selon certains facteurs comme le degré de préparation des élèves, les ressources disponibles, ainsi que le temps pouvant être consacré au processus.

Comme l’explique Mme Seslija, « Parfois, nous donnons les questions aux élèves. Ils commencent alors au deuxième stade et cherchent des ressources. Dans d’autres cas, nous leur donnons les questions et les ressources, puis nous effectuons les composantes du troisième stade ». De cette façon, les enseignants sont en mesure d’étayer l’apprentissage et de graduellement transférer la responsabilité aux élèves.

« Les multiples points d’entrée permettent aux enseignants de faire participer les élèves là où ils en sont rendus », ajoute Mme Podlatis-Brown. « Puisque plusieurs des sujets du domaine d’étude Vie saine ont un caractère personnel, les élèves ont différents niveaux de connaissances et de compréhension. » Elle se souvient d’une situation dans une classe de santé de 9e année où un élève était sexuellement actif et expérimenté, tandis qu’un autre avait des questions au sujet d’embrasser une personne. « Dans mon esprit, le processus d’enquête est en fait un enseignement différencié, mais appliqué à une force exponentielle. Il s’agit de prendre les élèves là où ils en sont et de personnaliser l’apprentissage; il faut savoir ce qu’ils savent et ce qu’ils veulent apprendre ».

Il est important de créer une culture fondée sur l’enquête.

Quel que soit le stade auquel vous choisissez de commencer, il est important de créer une culture d’enquête au préalable. « Il faut créer un environnement sûr dans votre classe afin que les enfants puissent poser des questions et communiquer leurs pensées », dit Mme Lawlor. Les enseignants peuvent également poser des exemples de questions et penser à haute voix selon le cas. De cette façon, l’adoption d’une approche fondée sur l’enquête devient une habitude pour les élèves.

N’oubliez pas que les erreurs font partie du processus d’apprentissage.  

Il est également important de ne pas oublier qu’il n’y a rien de mal à laisser aller les choses et à permettre aux élèves de faire des erreurs. « En fait, même s’il s’agit d’une approche structurée, l’idée est de prendre un peu de recul et de laisser les élèves faire le gros du travail, et il se peut que les élèves éprouvent des ennuis », dit Mme Seslija.

Et tout comme les élèves qui doivent effectuer des détours pour arriver à leur but, les enseignants ne devraient pas s’attendre à ne jamais rencontrer d’embuches dans leur travail. « J’ai travaillé avec quelques enseignants qui étaient très enthousiastes à l’idée de se rendre au Centre des sciences pour mettre en pratique l’approche préconisant l’apprentissage fondé sur l’enquête », raconte Mme Keenliside. « Les enfants allaient poser leurs propres questions. Je les ai aidés au cours de la période menant à la visite, puis je n’ai pas eu de nouvelles d’eux pendant quelque temps ». Lorsque Mme Keenliside a repris contact avec les enseignants deux mois plus tard, elle a découvert que les questions des élèves n’étaient pas des questions d’enquête, mais qu’elles pouvaient être répondues tout simplement en effectuant une recherche sur Google. Elle a poursuivi son travail avec les enseignants, les aidant à mieux orienter les élèves dans la formulation de questions. « Si vous essayez quelque chose et que ça ne fonctionne pas, assurez-vous d’effectuer une réflexion », conseille-t-elle.

Demandez de l’aide.

En dernier lieu, n’oubliez pas que vous n’avez pas besoin de faire tout le travail par vous-même. Ophea publiera à la mi-avril un nouveau guide sur l’apprentissage fondé sur l’enquête qui sera disponible gratuitement sur le site Web du Carrefour pédagogique d’Ophea. Le guide sera divisé en quatre sections, soit un survol de l’apprentissage fondé sur l’enquête en ÉPS, une section sur l’évaluation dans le cadre de l’apprentissage fondé sur l’enquête, une section sur l’enquête en ÉPS et une section sur l’enquête en action comprenant des plans d’enquête et des outils pédagogiques. Des occasions de perfectionnement professionnel seront également offertes relativement à ce guide.

Mme Seslija suggère également de contacter l’enseignant-bibliothécaire de votre école, si vous en avez un. « L’enquête et la recherche sont au cœur de leur travail », ajoute-t-elle. Il peut être aussi utile de trouver un partenaire pour apprendre ensemble l’approche fondée sur l’enquête. « Il pourrait s’agir d’une autre personne à l’école qui cherche à mettre en pratique l’apprentissage fondé sur l’enquête », explique Mme Keenliside. « Échangez vos expériences et aidez-vous l’un l’autre ».

Et surtout, ne vous découragez pas si vous croyez ne toujours pas avoir les compétences et les connaissances requises! L’adoption du processus d’enquête pour vos élèves vous permettra d’apprendre en cours de route. « Je crois qu’il s’agit de commencer là où vous vous sentez à l’aise », conseille Mme Seslija.

Aidez les élèves à renforcer leurs connaissances pour qu’ils puissent vivre sainement toute leur vie.

Bien que l’adoption de l’approche reposant sur l’enquête soit un processus d’apprentissage, il s’agit d’une approche qui en vaut la peine. Comme l’explique Mme Lawlor, « Cette approche est très axée sur les élèves. Traditionnellement, comme enseignants, notre rôle est de fournir de l’information. Avec l’enquête, nous sommes des facilitateurs qui aident les élèves à renforcer eux-mêmes leurs connaissances ». Lorsqu’ils apprennent de cette façon, ils sont plus susceptibles d’intérioriser leur apprentissage et de le mettre en pratique dans leur vie.

Qui plus est, en tant qu’enseignant, « il vous faut laisser de côté l’idée que vous devez tout savoir », dit Mme Keenliside en guise de conclusion. « Vous devez être prêt à apprendre avec les élèves ». L’adoption d’une approche fondée sur l’enquête encourage l’esprit inné d’émerveillement et de curiosité présent chez les élèves, ce qui pourrait améliorer leur engagement et leur rendement (ce qui est particulièrement important en ÉPS) et pourrait être pertinent pour tous les aspects de la santé et du bien-être des élèves la vie durant.