Le $ens de l’argent chez les élèves | Ophea.net

Le $ens de l’argent chez les élèves

Lundi, Novembre 10, 2014 - 13:12
la littératie financière image

La façon dont la littératie financière fait la promotion de la santé et du bien-être

Lorsqu’il s’agit de gérer son argent, la prise de bonnes décisions n’est pas toujours quelque chose que l’on fait naturellement, en particulier dans notre société où les occasions pour une gratification instantanée sont nombreuses, et où il est possible de faire des achats en un clic de souris ou en un glissement de carte de crédit.
En fait, on prévoit que la dette totale du consommateur canadien moyen (excluant l’hypothèque) devrait atteindre son plus haut niveau historique de 28 853 $. Si l’on ajoute la tendance des Canadiens à s’endetter à la hausse du coût de la vie, il n’y a aucun doute qu’il devrait être prioritaire d’enseigner aux élèves la littératie financière. C’est d’autant plus évident lorsque l’on prend en considération que les finances personnelles sont étroitement liées à la santé et au bien-être dans leur ensemble.

Quel est le lien entre l’argent et la santé?

Bien qu’il est vrai que l’argent n’achète pas le bonheur (ou la bonne santé), savoir comment gérer son argent peut aider les gens à mener des vies productives et en santé et à éviter nombre de comportements à haut risque associés au stress et au manque de soins personnels.

Nous savons que de nombreux facteurs contribuent à une vie saine. Parmi ceux-ci, on compte : faire de l’activité physique quotidiennement, bien gérer le stress, ainsi qu’éviter les cigarettes, la consommation de drogues et la consommation excessive d’alcool. Cependant, il y a des facteurs tout aussi importants pour notre santé comme avoir assez d’argent pour acheter des aliments sains et d’autres nécessités comme recevoir une bonne éducation; avoir un logement adéquat, une famille et des amis qui nous soutiennent; et une communauté sécuritaire. Réunis, ces facteurs sont souvent appelés les « déterminants sociaux de la santé ».

Et bien qu’il y a des choses qui affectent notre santé et qui ne peuvent être changées (p. ex., notre profil génétique), les déterminants sociaux de la santé découlent de l’interaction entre une personne et la société dans laquelle elle habite; ils peuvent donc être modifiés si, en tant que société, nous sommes prêts à prendre des mesures pour ce faire. L’enseignement de la littératie financière dans les écoles de l’Ontario est une façon clé dont nous pouvons travailler dans le but de créer un accès plus juste aux conditions menant à une meilleure santé.

Comment définir la littératie financière?

La littératie financière est définie comme étant les « connaissances et habiletés nécessaires pour prendre des décisions économiques et financières avec compétence et assurance ». Quelles que soient leurs origines ou leurs expériences, les individus qui comprennent bien les éléments fondamentaux des finances sont plus susceptibles de naviguer avec succès dans les dédales du monde financier complexe d’aujourd’hui. Selon Moyah Walker, une enseignante-ressource en éducation de l’enfance en difficulté (éducation spécialisée) au Burrows Hall Jr. Public School à Scarborough, « Pour les enfants à l’élémentaire, la littératie financière c’est tout d’abord de comprendre ce qu’est l’argent, son utilité et sa valeur. Nous discutons de la différence entre un besoin et un désir, et de la façon d’élaborer un plan pour se procurer quelque chose dont on a besoin. »

Carmen Oliveira, une collègue et enseignante à la 5e et 6e année à la même école ajoute : « Nous examinons également le monde de la publicité. Les produits qui sont offerts à l’achat, les personnes et les entreprises qui tentent de leur vendre ces produits, ce qu’ils ressentent en regardant les publicités… et si c’est une bonne chose ou non ». Selon le ministère de l’Éducation, ces types de leçons devraient commencer à partir de la 4e année.

Au secondaire, les leçons portant sur les finances évoluent et incluent la planification pour des évènements futurs comme rechercher un emploi, économiser pour fréquenter l’université ou faire des achats importants comme une auto ou des produits électroniques. Comme l’explique Mme Oliveira, « Nous n’examinons pas seulement le présent; nous examinons également comment une décision prise au présent peut avoir un impact sur le futur ».

Cela comprend des discussions au sujet des cartes de crédit, ainsi que des achats et des transactions bancaires en ligne. Comme l’explique Mme Walker, « La transition entre les études secondaires et les études supérieures est une période difficile pour la plupart des élèves et c’est souvent la période durant laquelle les étudiants commencent à établir leur dossier de crédit. En apprenant comment utiliser une carte de crédit de façon appropriée, les élèves acquerront les habiletés dont ils ont besoin pour prendre de bonnes décisions relativement à son utilisation. Sans ces habiletés, ils vont certainement vivre l’anxiété, le stress et la dépression associés à l’irresponsabilité financière ».

La littératie financière est liée au développement personnel et identitaire.

Bien qu’il y a des liens évidents entre la littératie financière et des matières comme les mathématiques, les sciences humaines et même le programme-cadre de français (en explorant les médias), le sujet est également étroitement lié au développement personnel et identitaire dont les habiletés sont enseignées tout au long du programme-cadre d’éducation physique et santé (ÉPS).

Les attentes en matière d’apprentissage du programme-cadre d’ÉPS sont divisées en trois domaines distincts, mais connexes : Vie active, Compétence motrice, et Vie saine. Des attentes additionnelles sont ensuite liées aux trois domaines. Ce sont les habiletés liées au développement personnel et identitaire : la communication, les habiletés personnelles, les habiletés interpersonnelles, ainsi que la pensée critique et créative. Ces habiletés aident les élèves à établir des objectifs, à résoudre des problèmes et à songer aux façons dont leurs actions affectent autrui.

Les enseignants peuvent non seulement établir des rapprochements entre les leçons sur la littératie financière et l’établissement d’objectifs personnels (comme épargner et établir un budget), mais ils peuvent également expliquer que les personnes qui prennent de meilleures décisions financières vivent généralement moins de stress, diminuant ainsi le risque de contracter diverses maladies. Comme le souligne Mme Oliveira, « L’enseignement de la littératie financière contribue à la formation de citoyens plus renseignés et plus compatissants. Par exemple, on examine des aspects comme le lieu de fabrication des produits, la façon dont ils sont fabriqués et l’impact que cela a de l’autre côté du monde. J’enseigne aux élèves que chaque fois qu’ils utilisent de l’argent, ils votent sur le genre d’aliments auxquels ils auront accès, sur la façon dont sont fabriqués les produits… »

Lorsque vous enseignez la littératie financière, soyez à la recherche de ressources pouvant vous aider à rejoindre tous les élèves.

Valérie Picher, directrice principale des relations communautaires pour le Groupe Banque TD, explique : « Près de 50 pour cent des Canadiens ont de la difficulté à effectuer des tâches de gestion financière; ce qui est très préoccupant, car cela devrait être le fondement pour la préparation du terrain relativement à la capacité du Canada à concurrencer dans l’économie mondiale ». Si vous faites partie de ceux éprouvant des difficultés relativement aux questions d’ordre financier, la tâche d’enseigner la littératie financière aux élèves peut être intimidante.

Qui plus est, même pour un enseignant qui se sent confiant à gérer son argent, l’enseignement des concepts relativement à la littératie financière peut tout de même s’avérer être un défi. Les programmes d’enseignement de sujets d’ordre financier doivent faire preuve de sensibilité envers les différents milieux socioéconomiques et culturels dont sont issus les élèves et devraient avoir recours à des stratégies d’enseignement différencié pour répondre aux besoins des élèves issus de divers milieux.

Heureusement, s’ils savent où aller, les enseignants ont accès à des ressources qui sont inclusives et qui font preuve de sensibilité. Parmi les ressources fiables, on compte la section sur la littératie financière du site Web EduSource du ministère de l’Éducation et InspirerLeSavoirFinancier.ca (un site par l’Ontario Teachers' Federation pour les enseignants et qui comprend des leçons, des vidéos, des jeux interactifs, des outils d’évaluation et des questionnaires).

Ophea offre la ressource Le bien-être et ton portefeuille, une ressource gratuite offerte en français et en anglais qui permet d’établir des liens entre la littératie financière et le programme-cadre d’ÉPS de la 4e à la 8e année. De nouvelles vidéos visant à soutenir les élèves et les enseignants ont récemment été lancées pour cette ressource. Quatre vidéos visent à lancer des discussions avec les élèves et permettent aux élèves d’explorer des mises en situation et de faire appel à leurs habiletés de la pensée critique pour faire des choix éclairés et prendre des décisions d’ordre financier ayant un impact sur leur bien-être global. Trois nouvelles vidéos de perfectionnement professionnel permettent d’améliorer les connaissances des enseignants et d’établir des rapprochements entre la littératie financière et le programme-cadre d’éducation physique et santé de l’élémentaire. Ces vidéos s’ajoutent aux fiches d’activités conviviales et au guide de l’animateur, ceux-ci étant axés sur des concepts particuliers en matière de littératie financière qui sont associés au domaine Vie saine, y compris la saine alimentation, la consommation et l’abus de substances (drogues et alcool) et les comportements connexes. La ressource s’appuie sur les conclusions des études présentées dans le rapport du Groupe de travail sur la littératie financière, publié en 2010 et intitulé Un investissement judicieux : l’éducation à la littératie financière dans les écoles de l’Ontario.

Chris Markham, président et directeur-général d’Ophea affirme, « Nous croyons que cette ressource constitue un progrès important dans l’objectif de permettre aux enfants et aux jeunes d’acquérir une bonne compréhension des concepts de base en matière de finances afin qu’ils puissent naviguer avec succès dans les dédales du monde financier complexe d’aujourd’hui. La ressource établit également des liens avec les attentes du programme-cadre d’ÉPS permettant aux élèves d’établir des rapprochements entre leur santé et leur bien-être, et d’apprendre comment leurs choix et leurs comportements affectent leur santé et leur bien-être ainsi que ceux d’autrui ».

Les élèves ayant un savoir-faire en matière de finances peuvent créer des familles plus fortes, des communautés plus fortes et un Ontario plus fort.

« Quand j’étais adolescente, mon père me donna une allocation de cent dollars par mois pour couvrir toutes mes dépenses à l’exception de mon hébergement et de ma nourriture », se rappelle Mme Walker. « Il s’attendait à ce que j’épargne 20 $ par mois. Je pensais que c’était formidable... mais quand j’ai eu fini de dépenser l’argent, c’était vraiment fini. Il n’y en avait plus. Le premier mois, j’avais fait beaucoup d’achats comme le font les jeunes et je n’avais pas pensé à m’acheter des billets d’autobus avec mon argent; j’ai donc dû marcher pour me rendre à l’école pendant tout le mois. J’ai vite appris ».

En tant qu’adultes, nous croyons parfois à tort qu’il vaut mieux protéger les enfants des réalités financières et des conséquences de ne pas avoir établi un budget de façon appropriée; cependant, ce genre de conversations et d’expériences sont non seulement appropriées, elles sont essentielles si nous souhaitons aider les élèves à apprendre à gérer leur argent, à mener une vie en santé et à devenir des gens responsables contribuant à la société.

« Maya Angelou a déjà dit : “Quand tu sais mieux, tu fais mieux”. Je partage souvent cette citation avec mes élèves », dit Mme Oliveira, « Lorsqu’on sait comment prendre de bonnes décisions financières, cela a un impact sur notre bien-être à court et à long terme ». À court terme, les élèves apprendront les bienfaits d’établir un budget et d’épargner. À long terme, ils disposeront des moyens pour devenir des citoyens ayant les ressources nécessaires pour prendre soin de leur corps, de leur esprit et de leurs relations, ce qui, au fil du temps, contribuera à renforcer notre société dans son ensemble.

Mme Picher explique en conclusion, « Nous voulons inspirer les jeunes personnes à s’approprier leur avenir, à atteindre une autonomie financière et être à l’aise relativement à la littératie financière tout au long de leur vie ».

En tant qu’enseignant, quelle est la meilleure façon d’atteindre cet objectif? Premièrement (si ce n’est pas déjà le cas), nous devons nous-mêmes être à l’aise avec les fondements de la littératie financière. Nous devons ensuite commencer à avoir des échanges honnêtes avec nos élèves au sujet de l’argent; ces échanges doivent leur transmettre des faits et des chiffres pour leur enseigner à se préparer et à planifier un bel avenir financier.

 


[ii] The Ontario Working Group on Financial Literacy, 2010