Les cours de spécialisation du secondaire promeuvent un mode de vie sain la vie durant | Ophea.net

Les cours de spécialisation du secondaire promeuvent un mode de vie sain la vie durant

Mardi, Janvier 10, 2017 - 11:00

La façon dont la spécialisation peut mener à une vision globale.

Nous avons tous nos préférences lorsqu’il en vient à être actif. Certains peuvent aimer participer à un match de soccer de compétition se déroulant à vive intensité, tandis que d’autres peuvent prendre plaisir à faire une randonnée pédestre en forêt.

Les enseignants du secondaire de l’Ontario ont maintenant l’orientation dont ils ont besoin pour la planification et la mise en œuvre de cours de spécialisation de qualité en matière d’éducation physique et santé (ÉPS) reposant sur les nouvelles attentes et les nouveaux contenus d’apprentissage énoncés dans le programme-cadre d’ÉPS de 2015. Cela signifie que les enseignants ont à présent plus de soutien pour effectuer des rapprochements avec les champs d’intérêt des élèves afin de susciter l’engagement et la participation de ceux-ci en ÉPS. De plus, les élèves ont la possibilité de déterminer et de faire ce qu’ils aiment en matière de vie saine et active et même peut-être de se fixer comme objectif de poursuivre une carrière axée sur l’activité physique, l’éducation en matière de santé ou la promotion de la santé. 

Comme l’explique Joanne Walsh, la conseillère d’Ophea en matière du programme-cadre d'ÉPS pour le secondaire, « En offrant des cours de spécialisation, nous reconnaissons que le fait d’être actif et en santé la vie durant n’est pas toujours motivé par un grand groupe ou un cours mettant l’accent sur un sport en particulier. Ces cours nous permettent d’offrir aux élèves l’occasion de vivre des expériences qui les aideront à déterminer comment être actifs et en santé la vie durant. »

Que sont les cours de spécialisation ?

Les cours de spécialisation répondent aux différents champs d’intérêt des élèves en mettant l’accent sur un groupe d’activités physiques thématiques (p. ex., activités de plein air, activités liées au rythme et au mouvement) qui agit comme source d’apprentissage pour les élèves. Les cours ont les mêmes attentes que les cours Vie active et santé, y compris les attentes du domaine d’étude Vie saine et l’intégration des habiletés de vie. Cependant, les cours de spécialisation offrent la possibilité aux élèves d’apprendre au sujet d’une variété d’activités physiques reliées et d’y participer ; cela leur permettra ainsi de développer leur savoir-faire physique (littératie en matière d’éducation physique). 

« Nous nous assurons ainsi que les élèves font quelque chose qu’ils veulent faire et qu’ils aiment faire », explique David Inglis, enseignant d’ÉPS au secondaire et directeur athlétique au HB Beal Secondary School à London en Ontario. « De cette façon, nous nous assurons qu’ils demeurent motivés à participer en ÉPS ». Cela est essentiel dans une matière comme l’ÉPS, pour laquelle les élèves n’ont besoin que d’obtenir un crédit pour un diplôme d’études secondaires, mais qui est si importante pour assurer la santé et le bien-être la vie durant.

Les cours de spécialisation doivent appartenir à une des six catégories, qui sont décrites dans le programme-cadre d’ÉPS de la 9e à la 12e année (2015) :

  1. Vie saine et activités personnelles et de conditionnement
  2. Vie saine et activité en grand groupe
  3. Vie saine et activités individuelles et en petits groupes
  4. Vie saine et activités aquatiques
  5. Vie saine et activités liées au rythme et au mouvement
  6. Vie saine et activités de plein air

Choisir un cours de spécialisation à offrir.

Les champs d’intérêt des élèves et les ressources disponibles détermineront en grande partie quels cours seront offerts parmi les six options (et les activités qui seront offertes au sein de chaque cours).

« Selon mon expérience, il s’agit toujours de demander aux élèves », dit Mme Walsh. « Discutez avec eux à la fin du cours. Qu’est-ce qu’ils ont aimé et qu’est-ce qu'ils veulent encore faire ? Qu’est-ce qui les encouragerait à suivre un autre cours d’ÉPS ? »

« La communauté est aussi un élément déterminant », ajoute M. Inglis. « Quel est le soutien et quelles sont les installations et les ressources disponibles ? Il est important d’établir des liens avec la communauté afin que les enfants puissent acquérir de l’expérience en dehors de l’école. »

Les champs d’intérêt et l’expérience d’un enseignant représentent un autre facteur qui entre en ligne de compte dans la détermination des cours à offrir. À l’école où travaille M. Inglis, les élèves ont la chance d’avoir accès à une piscine ainsi que d’avoir un enseignant ayant fait de la natation de compétition et qui possède de l’expérience en matière de sauvetage et avec la Croix-Rouge. Cet enseignant était un choix évident pour mener un cours d’activités aquatiques, et l’école avait des contacts parmi les ambulanciers paramédicaux et les pompiers de la région qui pouvaient établir des liens communautaires en venant à l’école afin d’appuyer différents aspects de l’apprentissage des élèves dans le cadre du cours.

De la variété. Un point c’est tout.

Les cours de spécialisation devraient toujours éviter de mettre l’accent sur un sport ou une activité en particulier. « Nous devons penser à ce qui aidera les élèves tout au long de leur vie, » dit Mme Walsh. « Par exemple, si nous offrons un cours axé sur le hockey, qu’arrivera-t-il lorsqu’un élève ne peut plus jouer au hockey, à cause d’une commotion cérébrale ou des conflits avec son style de vie ? »

Il faut plutôt penser de la façon la plus vaste possible. En offrant un grand éventail d’activités liées à la spécialisation du cours, les enseignants peuvent s’assurer que, quels que soient les champs d’intérêt, la situation financière ou la situation de vie des élèves, ceux-ci devraient trouver une activité qu’ils peuvent pratiquer de façon indépendante au cours de leur vie adulte, les aidant à faire de l’activité physique tout au de leur vie.

« S’il s’agit d’un cours d’activités aquatiques, ce n’est pas tout simplement un cours de sauvetage ou un cours de sauveteur, » explique Mme Walsh, bien que ceux-ci pourraient faire partie du cours. Nous pourrions notamment faire de la nage synchronisée ou des activités aérobies. Pour les activités en plein air, nous pensons souvent aux excursions en canoé, à la randonnée pédestre et à la grande randonnée, mais il ne s’agit pas de l’étendue complète des façons dont nous faisons des activités en plein air. Nous pourrions faire du vélo, du patin à roues alignées, des excursions en sentier et plus encore. »

Les cours de spécialisation intègrent les cinq principes fondamentaux en ÉPS.

Comme tous les cours d’ÉPS, les cours de spécialisation intègrent les cinq principes fondamentaux énoncés dans le programme-cadre. On peut souligner notamment que l’apprentissage en éducation physique et santé est centré sur les élèves et basé sur ses habiletés, que la mise en œuvre des programmes d’éducation physique et santé est plus efficace quand elle a lieu dans le contexte d’une école saine et quand l’apprentissage est appuyé par le personnel enseignant, les parents et la communauté, et que l’apprentissage en éducation physique et santé est équilibré, intégré et concret. (Consultez les pages 11 et 12 du programme-cadre d’ÉPS de 2015 pour une explication détaillée des cinq principes fondamentaux.)

« Les cours de spécialisation sont vraiment centrés sur les élèves parce qu’ils sont conçus en tenant compte des champs d’intérêt des élèves », explique Mme Walsh. « Ce qu’ils apprennent doit également être concret. Ils doivent le voir de façon globale et ils doivent être en mesure d’effectuer des liens entre ce qu’ils apprennent et la façon dont ils peuvent continuer à le mettre en pratique dans leur communauté afin de pouvoir mener une vie saine et active la vie durant. »

Il est également fondamental de faire la prestation du cours dans une communauté scolaire saine ; les cours de spécialisation offrent de formidables occasions pour la participation communautaire, que ce soit un représentant de la Croix-Rouge qui vient mener une leçon de sauvetage dans le cadre d’un cours d’activités aquatiques ou en ayant accès à une patinoire locale pour faire des activités de plein air.

Les cours de spécialisation favorisent le développement du savoir-faire physique et de la littératie en matière de santé.

Comme les autres cours d’ÉPS, les cours de spécialisation favorisent le développement du savoir-faire physique. Après tout, grâce à l’éventail d’activités liées qu’ils offrent, ils représentent le choix parfait pour aider les élèves à bouger avec compétence et confiance dans une grande variété d’activités physiques. « Nous sommes à la recherche des mêmes habiletés transférables, mais nous effectuons des rapprochements avec la spécialisation particulière du cours », explique M. Inglis.

Il peut être plus difficile pour les enseignants de faire des rapprochements avec les sujets du domaine d’étude Vie saine comme la consommation abusive de substances nocives pour la santé, le développement sain et la santé sexuelle, mais en faisant preuve d’un peu de créativité, il existe beaucoup d’occasions pour établir des liens entre l’activité et les habiletés de vie comme les habiletés interpersonnelles et les habiletés de la pensée critique et créative.

« Si vous êtes en forêt et que vous parlez des habiletés de survie dans le cadre d’un cours d’activités de plein air et que vous souhaitez faire des rapprochements avec la consommation abusive de substances nocives, vous pourriez parler de ce que vous pouvez et ne pouvez pas manger ; les substances qui sont toxiques », explique M. Inglis.« Ou vous pouvez parler du consentement dans un cours d’activités aquatiques. Qu’il s’agisse du consentement à recevoir des premiers soins ou à prendre part à des activités sexuelles… ce sont les mêmes habiletés de prise de décision que l’on utilise ».

Mme Walsh suggère également de faire appel au processus d’enquête afin de satisfaire aux attentes pour le domaine Vie saine. L’enquête est une approche efficace pour l’apprentissage qui donne les rênes aux élèves en les laissant formuler des questions, puis leur permet de chercher les réponses et de les communiquer. Il s’agit d’une approche efficace pour toutes les matières, mais elle peut être particulièrement utile lorsque les élèves ont déjà suivi un autre cours d’ÉPS dans la même année d’études. « Avec l’approche fondée sur l’enquête, je ne fais pas la prestation de la même leçon qui vient d’être donnée dans un autre cours ; j’utilise les sujets et les concepts comme contexte pour permettre aux élèves de formuler leurs propres questions et cela favorise leur apprentissage », explique Mme Walsh.

Elle souligne également que même dans les cas où les enseignants ne sont pas en mesure d’établir des liens entre le sujet d’un cours de spécialisation et les attentes du domaine Vie saine, ces attentes doivent tout de même être enseignées afin d’aider les élèves à développer leur littératie en matière de santé, qui est essentielle pour qu’ils puissent être en santé la vie durant. « La spécialisation est source d’apprentissage. Elle ne représente pas l’apprentissage en tant que tel », ajoute-t-elle.

Revendiquer pour un cours de spécialisation.

Si vous souhaitez qu’un cours de spécialisation soit offert dans votre école, mais que vous ne savez pas par où commencer, c’est toujours une bonne idée de recueillir les commentaires des élèves.

« L’opinion des élèves a beaucoup de poids », rappelle Mme Walsh. « Apportez la rétroaction et les données recueillies à la direction ou à l’équipe scolaire responsable de prendre des décisions au sujet des cours à offrir. Démontrez que les élèves souhaitent d’acquérir cet apprentissage et insistez sur le fait qu’il est important de susciter la participation des élèves en ÉPS tout au long du secondaire, car l’apprentissage est étroitement lié à leur santé émotionnelle, mentale et spirituelle ».

De nouvelles ressources sont disponibles pour vous aider !

Ophea est fier de lancer ce mois-ci un guide de planification pour les cours de spécialisation faisant partie des nouvelles Ressources d’ÉPS pour le secondaire. Le guide de planification pour les cours de spécialisation a été conçu dans le but explicite d’appuyer les enseignants dans la planification et l’élaboration de cours de spécialisation de qualité qui abordent les attentes et les contenus d’apprentissage du programme-cadre d’ÉPS de 2015 de la 9e à la 12e année.

De plus, le guide aide les enseignants à comprendre le but d’un cours de spécialisation et à s’assurer qu’ils abordent tous les liens au programme-cadre. Il leur explique également la façon d’intégrer le processus d’enquête, de revendiquer pour un cours de spécialisation et de le publiciser auprès des élèves.

« Il y avait un besoin depuis longtemps pour un guide sur les cours de spécialisation », explique Mme Walsh. « Nous nous sommes efforcés d’offrir du soutien par l’entremise de perfectionnement professionnel, et maintenant nous avons un programme-cadre que nous pouvons utiliser comme cadre pour la ressource que nous avons créée ». Le guide en ligne est disponible pour les enseignants faisant partie des conseils scolaires s’étant procuré l’accès.

Mme Walsh conseille également aux enseignants de consulter la ressource d’Ophea L’apprentissage fondé sur l’enquête en ÉPS pour obtenir une explication plus détaillée de l’utilisation du processus d’apprentissage fondé sur l’enquête en ÉPS.

L’idée d’ensemble.

 « Si un élève suit seulement un cours de spécialisation comme cours d’ÉPS au secondaire, nous devons nous assurer qu’il est prêt à mener une vie saine la vie durant », dit en conclusion Mme Walsh. Cela signifie qu’il faut s’assurer que toutes les attentes et les contenus d’apprentissage du programme-cadre sont abordés, y compris ceux du domaine d’étude Vie saine et des habiletés de vie, que le cours met l’accent sur le développement du savoir-faire physique et qu’il repose sur les cinq principes fondamentaux du programme-cadre d’ÉPS.

Il faut une planification minutieuse pour créer et faire la prestation d’un bon cours de spécialisation, et bien qu’il s’agisse d’un travail ardu, on peut y prendre beaucoup de plaisir. Après tout, les cours de spécialisation doivent d’abord et avant tout aider les élèves à déterminer quelles sont les activités physiques qu’ils préfèrent, et en tant qu’enseignant, il est formidable de pouvoir y jouer un rôle.

« Tant et aussi longtemps que les enfants prennent plaisir à ce qu’ils font et qu’ils y voient la pertinence, ils vont participer et être motivés », dit M. Inglis. Et c’est cet engagement qui les aidera à comprendre l’idée d’ensemble : que l’activité physique est amusante, qu’elle est conçue pour eux et qu’elle devrait faire partie de leur vie la vie durant.