Un programme-cadre digne de mention! | Ophea.net

Un programme-cadre digne de mention!

Mardi, Septembre 1, 2015 - 11:10
Image de jeunes qui cour

La façon dont le programme-cadre d’ÉPS du secondaire promeut la santé globale des élèves

Au cours des dernières années, les éducateurs de l’Ontario ont utilisé un programme-cadre d’éducation physique et santé (ÉPS) désuet; datant de 16 ans, ce document est plus vieux que bien des élèves. Après une longue attente, un programme-cadre révisé d’ÉPS pour le secondaire sera mis en œuvre en septembre, et les éducateurs et les élèves peuvent s’attendre à découvrir de nombreuses nouveautés.

« Je crois que ce dont je suis le plus heureuse, c’est de finalement avoir un programme-cadre actualisé répondant aux besoins des élèves », explique Joanne Walsh, conseillère d’Ophea au programme-cadre d’ÉPS pour le secondaire. « Il va aider les élèves à acquérir les habiletés nécessaires pour naviguer dans le 21e siècle. »

Le programme-cadre révisé est axé sur le savoir-faire physique et la littératie en matière de santé, il accorde une plus grande importance aux habiletés de vie, il offre plus de choix aux élèves et il fournit plus d’occasions aux élèves d’établir des rapprochements entre leur apprentissage en classe et leurs expériences de vie.

Cependant, ce qui est peut-être le plus formidable, c’est qu’avec les programmes-cadres révisés pour l’élémentaire et le secondaire, les élèves de l’Ontario pourront profiter d’une continuité dans leur apprentissage, ce qui leur permettra d’établir des rapprochements pour favoriser leur santé globale à partir de la 1re année jusqu’à la 12e année et même bien au-delà. En effet, la mise en œuvre du programme-cadre d’ÉPS (1re à 12e année) devrait s’avérer la plus importante intervention en matière de promotion de la santé dans la province, ayant un impact sur 2,1 millions d’élèves et leur famille.

Le programme-cadre accorde une grande importance au savoir-faire physique.

Tout comme le programme-cadre révisé d’ÉPS pour l’élémentaire, le programme-cadre du secondaire accorde une importance toute particulière à aider les élèves à acquérir un savoir-faire physique, c.-à-d. la capacité de bouger avec compétence et confiance dans le cadre d’un éventail d’activités physiques et d’environnements pour favoriser le développement global d’une personne.

Plutôt que de mettre l’accent sur des sports particuliers, on enseigne aux élèves des habiletés et stratégies pouvant être transférées à différentes activités appartenant à une même catégorie de jeux. Par exemple, après que les élèves aient acquis les habiletés motrices fondamentales pour la pratique d’activités pour frapper et saisir (c.-à-d. des activités dans lesquelles les joueurs marquent des points en frappant un objet et en courant vers un endroit désigné), les enseignants demandent aux élèves de mettre en pratique ces habiletés de diverses façons. Cela pourra inclure le cricket, le soccer, le baseball ou d’autres jeux ou activités ne prenant pas la forme de sports traditionnels.

C’est une approche efficace, car le modèle reposant sur la pratique de sports n’est pas nécessairement représentatif de ce qui motive les personnes à être physiquement actives. Comme l’explique Mme Walsh, « Certains élèves peuvent être plus motivés par une approche reposant sur le conditionnement physique, tandis que d’autres seront motivés par des activités physiques effectuées à l’extérieur ».

Qui plus est, en adoptant une approche axée sur les habiletés, les éducateurs peuvent aider les élèves à acquérir des habiletés à leur propre rythme, et à les mettre en pratique d’une façon leur apportant du plaisir. Comme l’explique Sue McMahon, enseignante ressource du London District Catholic School Board pour le programme-cadre, « Lorsque les élèves acquièrent le sentiment qu’ils peuvent faire quelque chose, qu’ils se sentent compétents et confiants, il n’y a pas de limite aux façons d’explorer comment ils peuvent utiliser ces mouvements. Cette approche est la plus susceptible de mener les élèves à faire de l’activité physique la vie durant, ce qui est sans aucun doute une des priorités de ce programme-cadre ».

La littératie en matière de santé aide les élèves à prendre de bonnes décisions dans un monde en constante évolution.

Le programme-cadre accorde tout autant d’importance à ce que l’apprentissage des élèves leur permette d’acquérir une littératie en matière de santé, c.-à-d. les habiletés nécessaires pour obtenir, comprendre et utiliser l’information pour prendre des décisions favorisant la santé.

Selon Darryll Hancock, un enseignant d’éducation physique et santé pour le Peterborough Victoria Northumberland and Clarington Catholic District School Board, « La littératie en matière de santé est essentielle afin que les élèves puissent développer leurs habiletés de pensée critique et les habiletés associées à la prise de décision, et pour qu’ils s’engagent à faire des choix sains pour eux et pour autrui ».

« Les élèves peuvent avoir accès à de l’information très rapidement, mais ils doivent savoir comment faire le tri de cette information afin de faire de bons choix selon ce qui importe pour », explique Mme Walsh. À cette fin, dans le but de satisfaire aux attentes, un des contenus d’apprentissage du cours Action santé pour la vie en 11e année demande aux élèves de déterminer la qualité des produits et des programmes qui contribuent à la santé, ainsi que des ressources en français qui fournissent des renseignements à cette fin en choisissant des sources valides et fiables pour faire des choix éclairés au sujet des aliments et des produits et de l’équipement associés à la santé. La capacité à penser de façon critique aidera non seulement les élèves à naviguer dans notre monde complexe d’aujourd’hui, mais aussi à continuer à prendre de bonnes décisions en matière de santé à l’avenir.

Les habiletés de vie sont intégrées à l’intégralité du programme-cadre.

Dans l’ensemble des contenus d’apprentissage du programme-cadre révisé, les enseignants remarqueront la présence d’abréviations leur indiquant lesquelles des habiletés de vie sont les plus étroitement associées à ce qu’apprennent les élèves. Cela aide les élèves à développer leurs habiletés de vie dans le contexte de leur apprentissage. Les habiletés de vie sont les habiletés personnelles et interpersonnelles, ainsi que la pensée critique et créative aidant les élèves à prendre des décisions positives favorisant leur santé et leur bien-être.

Comme le souligne Mme Walsh, « Les habiletés de vie représentent la pierre angulaire du programme-cadre ». De plus, elle souligne que bien que celles-ci étaient enseignées dans le précédent programme-cadre, elles étaient enseignées de façon distincte dans le domaine d’étude Habiletés personnelles et sociales. « Maintenant, elles sont intégrées à tout ce que nous faisons », ajoute Mme Walsh, et c’est exactement ce qu’il faut.

Après tout, une bonne santé dépend de bien plus que des habiletés nécessaires pour participer à des activités physiques et comprendre comment obtenir et utiliser de l’information en matière de santé. Pour être en bonne santé, il faut également renforcer la résilience, avoir un solide réseau de soutien et s’efforcer de maintenir une santé mentale positive.

Comme l’explique Mme McMahon, « Il est tellement important pour les élèves du secondaire d’avoir une bonne compréhension de soi, de bien comprendre comment traiter autrui dans des relations saines et comment penser de façon critique et créative. Ces habiletés permettront aux élèves d’être heureux, en santé et de contribuer à notre société en constante évolution. »

Le programme-cadre aide les élèves à faire des rapprochements avec le monde qui les entoure.

Un autre élément très intéressant du programme-cadre est la foule de liens avec d’autres sujets, que ce soit la littératie financière, l’éducation environnementale, les technologies de communication et plus encore.

Comme le dit Mme McMahon, « Dans la vie, les décisions ne sont jamais prises dans un contexte où il n’y a pas de répercussions sur d’autres choses. Il est donc très important que le programme-cadre définisse un contexte plus large et qu’il contribue à ce que les élèves établissent des rapprochements afin que ces derniers puissent reconnaître des éléments dans leur vie et y mettre en pratique leur apprentissage ».

Cela est particulièrement vrai lorsque l’on pense à l’interdépendance qui existe entre les déterminants sociaux de la santé, c.-à-d. les facteurs économiques et sociaux influençant la santé des individus. Des exemples sont l’accès à un logement et une éducation de qualité, ainsi que la sécurité alimentaire.

« La littératie financière est en effet un déterminant de la santé, car nous devons être en mesure de prendre de bonnes décisions en respectant les paramètres de nos finances », explique Mme Walsh, qui cite l’exemple d’un élève au secondaire qui recevra bientôt son diplôme et qui s’apprête à aller vivre en appartement. « Sa situation financière changera. Comment peut-il faire des choix sains à l’épicerie tout en respectant son modeste budget? » De même, il est important que les élèves comprennent certaines choses comme la façon dont leurs choix alimentaires affectent l’environnement. Certains des nombreux autres sujets que les élèves exploreront grâce au programme-cadre sont : utiliser la technologie de façon sécuritaire; continuer à créer des relations saines au fur et à mesure qu’ils gagnent en maturité; vivre et s’épanouir dans une société diversifiée; et des stratégies pour gérer les risques et faire des choix sains.

En donnant plus de choix aux élèves, on accroît leur engagement.

« Je crois que les choix qui sont donnés aux élèves constituent une caractéristique importante depuis de nombreuses années des programmes d’éducation physique et santé efficaces », dit M. Hancock. « Cependant, le programme-cadre de 2015 offre aux éducateurs l’occasion d’effectuer une réflexion sur les pratiques auxquelles ils ont fait appel par le passé et de songer à de nouvelles approches pour susciter l’engagement les élèves. »

Tous les élèves doivent suivre un cours Vie active et santé; dans la plupart des conseils scolaires, il fait partie du programme d’études de la 9e année, puisque les connaissances et les habiletés qu’acquièrent les élèves peuvent les aider à faire la transition à l’école secondaire. Ce cours leur permettra de continuer à renforcer les habiletés motrices fondamentales et les habiletés de vie qu’ils ont acquises au palier élémentaire. Mais, en plus des cours Vie active et santé, qui sont offerts chaque année d’études, les élèves peuvent également choisir de suivre des cours d’ÉPS additionnels, que ce soit en 9e année ou dans les années d’études ultérieures. Ces cours sont appelés cours de spécialisation.

Comme l’explique Mme McMahon, « Un cours de spécialisation permet aux élèves de satisfaire aux attentes en ÉPS et est axé sur un groupe particulier d’activités physiques ». Le programme-cadre contient une liste de cours de spécialisation que les écoles peuvent choisir d’offrir selon le niveau d’intérêt exprimé par les élèves et les ressources qui sont disponibles. Des exemples de ces cours sont les activités personnelles et de conditionnement, les activités en plein air et les activités aquatiques. « Les élèves voient en ces cours une réflexion d’eux-mêmes et de leurs champs d’intérêt », souligne Mme McMahon.

De plus, même dans le cadre des cours Vie active et santé, les élèves sont encouragés à choisir parmi un éventail d’activités physiques et à y participer, à songer à ce qui les passionne et à découvrir ce qui les motivera à demeurer actifs physiquement la vie durant.

Les cours axés sur la destination postsecondaire aident les élèves à connaître les options postsecondaires qui s’ouvrent à eux.

Une autre série de cours, les cours axés sur la destination postsecondaire, est offerte en 11e et 12e année pour aider à orienter les élèves dans leurs futurs choix de carrière. Comme l’explique Mme McMahon, « Les élèves peuvent choisir selon leurs champs d’intérêt et leurs objectifs postsecondaires. Chacun de ces cours permettra aux élèves de voir toutes les occasions qui s’ouvrent à eux, bien au-delà de l’école secondaire. »

Le cours Action santé pour la vie (offert en 11e année) est un cours préuniversitaire/précollégial. Celui-ci aide les élèves à songer à des carrières ayant des liens à la promotion de la santé. Le cours Introduction à la kinésiologie (offert en 12e année) explique aux élèves ce en quoi consistent les études en kinésiologie dans un établissement postsecondaire. Également offert en 12e année, le cours Leadership pour les activités récréatives et de vie active et saine est conçu pour les élèves planifiant entreprendre des études collégiales ou universitaires et les aide à acquérir les compétences nécessaires pour diriger et coordonner l’organisation d’activités récréatives ou autres, et pour mener une vie saine et active.

Les éducateurs peuvent obtenir du soutien en un tour de main.

Les éducateurs connaîtront vraisemblablement plusieurs des principes et des méthodes d’enseignement qui se trouvent dans le programme-cadre révisé. Comme l’admet Mme McMahon, « En toute honnêteté, nous travaillions en préparation à ce changement pédagogique sachant qu’il s’en venait, car il s’agit tout simplement d’une bonne façon de faire participer les enfants ». Quoi qu’il en soit, lorsqu’il s’agit de mettre en œuvre le programme-cadre, les éducateurs ont accès à une foule de ressources de soutien.

Ophea est fier de soutenir la mise en œuvre de qualité du programme-cadre d’ÉPS de 2015 à l’élémentaire et au secondaire. « Un des rôles d’Ophea est de fournir aux enseignants des ressources professionnelles fondées sur des données probantes qu’ils peuvent utiliser pour mettre en œuvre le programme-cadre », dit Mme Walsh. « Il s’agit vraiment d’un guichet unique pour les enseignants de la 1re à la 12e année. S’ils sont incapables de trouver ce qu’ils recherchent sur le site Web, ils peuvent toujours contacter quelqu’un de chez Ophea. »

Pour commencer, jetez un coup d’œil à la ressource d’Ophea, Il s’agit d’ÉPS, qui fut lancée tout récemment. Cette ressource comprend des affiches et des vidéos d’apprentissage en ligne examinant de façon approfondie les cinq principes fondamentaux sur lesquels repose le programme-cadre d’ÉPS de 2015.

De plus, au cours de l’année scolaire 2015-2016, Ophea lancera un éventail de programmes et de services pour vous aider à mettre en œuvre des éléments clés du programme-cadre d’ÉPS comme les principes fondamentaux en ÉPS, l’apprentissage fondé sur l’enquête, les approches pour l’éducation en matière de santé, le développement et la santé sexuelle, les cours Vie active et santé, et la planification pour les cours de spécialisation.

De plus, le ministère de l’Éducation offre une foule de ressources. Rendez-vous à ÉduSourceontario.com pour obtenir du matériel utilisé lors des séances régionales du ministère de l’Éducation offrant de la formation au sujet du programme-cadre d’ÉPS et portant sur sa mise en œuvre, y compris des séries de diapos pour l’élémentaire et le secondaire et de l’information sur les principaux changements. Le ministère offre également des ressources de soutien à l’intention des parents, incluant quatre guides pour les parents et six nouvelles fiches-info qui sont disponibles à partir de la page Web du programme-cadre du ministère.

D’autres organismes travaillent également à l’élaboration de ressources pour aider à la mise en œuvre du programme-cadre d’ÉPS. Mme Walsh conseille de se rendre sur le site Web de l’OASPHE (en anglais seulement) pour consulter un éventail de ressources pour aider à la mise en œuvre du programme-cadre. De plus Mme McMahon recommande les ressources (en anglais seulement) créées par l’Institute for Catholic Education, tout particulièrement la nouvelle ressource d’ÉPS pour le secondaire que l’organisme publiera à temps pour l’année scolaire 2015-2016. Bien que la ressource soit conçue pour être utilisée dans les écoles catholiques, Mme McMahon croit qu’elle contient beaucoup d’information que peut utiliser tout éducateur. 

L’avenir est prometteur pour la santé des élèves de l’Ontario.

« Le contenu de l’ancien programme-cadre reposait sur des assises solides », explique Mme Walsh, « mais son contenu était désuet. Le contenu a été renforcé et il a été actualisé relativement aux habiletés et aux connaissances dont ont besoin nos élèves ». Pour résumer, maintenant qu’ils ont en main le programme-cadre révisé, les éducateurs possèdent un outil essentiel pour assurer que les élèves reçoivent un enseignement de qualité en matière d’ÉPS qui peut les aider à adopter pour la vie des comportements favorisant la santé.

Comme l’explique en conclusion Mme Walsh, « Ce programme-cadre est le document de référence que nous attendions. Il s’agit du document qui orientera notre pratique afin que nous puissions aider nos élèves à penser de façon critique et à faire des choix sains. C’est génial! »