Chronique no 2 : L’heure juste sur le cannabis : développement du cerveau et autres torts associés à la consommation | Ophea.net

Chronique no 2 : L’heure juste sur le cannabis : développement du cerveau et autres torts associés à la consommation

Mardi, Mars 5, 2019 - 11:15

À la suite de notre première chronique L’heure juste sur le cannabis pour laquelle nous avons rencontré Jean-François Crépault, analyste principal des politiques du Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH), pour discuter de la légalisation du cannabis, nous avons reçu des questions concernant ses commentaires au sujet des effets néfastes de la consommation sur les jeunes et le développement du cerveau.

Il est important de garder en tête que la majorité des jeunes ne consommeront pas de cannabis ; selon le Sondage sur la consommation de drogues et la santé des élèves de l’Ontario (SCDSEO) de 2017, 81 % des élèves de la 7e à la 12e année ont rapporté ne pas avoir consommé de cannabis au cours de la dernière année.1 Dans la plupart des cas, les jeunes qui essaient le cannabis ne subiront pas d’effets néfastes. Cependant, même la consommation occasionnelle pourrait en engendrer.

Lorsque la consommation de cannabis commence à un jeune âge, qu’elle est fréquente et qu’elle se poursuit à long terme (pendant des mois ou des années), elle est associée à un risque accru de problèmes à long terme sur la santé et sur le plan social.2 En 2017, 1,4 % des élèves de la 7e à la 12e année ont rapporté avoir consommé du cannabis tous les jours au cours du dernier mois.1 Selon le document Les effets de la consommation de cannabis pendant l’adolescence publié en 2015 par le Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances, à l’adolescence, le cerveau doit passer par plusieurs étapes clés du développement neural ; ce développement est vulnérable aux effets du cannabis.3 Des études sur le développement du cerveau ont révélé des altérations de la matière grise et blanche, une diminution du volume du cerveau et un dérèglement neural chez les consommateurs de cannabis, surtout chez ceux dont l’usage est précoce.3

Quels sont les effets physiques ?

Des différences ont été constatées relativement au développement du cortex préfrontal, responsable de certaines fonctions cognitives supérieures ; des amygdales, associées à la régulation émotionnelle ; et du cervelet, associé notamment aux habiletés psychomotrices.3 Le cortex préfrontal, qui contrôle des fonctions cognitives comme la planification et la prise de décisions, est particulièrement vulnérable parce qu’il n’est pas encore pleinement développé et qu’il traverse une période d’optimisation au cours de l’adolescence.3 Les changements dans le développement du cortex préfrontal peuvent engendrer des problèmes de mémoire et de concentration et avoir un impact négatif sur la prise de décisions, l’apprentissage, le contrôle des impulsions, la gestion des émotions, et la résolution de problèmes. Ceci peut à son tour conduire à des difficultés dans la réalisation des travaux scolaires, à de plus faibles résultats scolaires et à un risque accru de décrochage.3

Quels sont les effets psychologiques ?

L’adolescence est aussi une période importante pour le développement psychologique et c’est typiquement à ce moment que des symptômes associés à des problèmes de santé mentale et à la consommation abusive de substances peuvent apparaître. Il n’a pas encore été prouvé indéniablement que la consommation de substances peut causer des problèmes de santé mentale, ou qu’il y a un lien entre ces deux vulnérabilités. Cependant, de solides preuves montrent un lien entre la consommation précoce de cannabis et les maladies mentales. La consommation précoce de cannabis a aussi été liée à la psychose, et plus récemment, à la dépression, à l’anxiété, à des troubles alimentaires et à des problèmes de comportement.3 De plus, le cannabis peut entraîner une dépendance, surtout si l’usage débute à l’adolescence. 3

D’autres études doivent être réalisées pour mieux comprendre comment l’âge où les jeunes commencent à consommer du cannabis et la façon dont il est utilisé ont un impact sur le développement du cerveau et entraînent des problèmes de santé mentale et une dépendance. Cependant, de plus en plus de preuves indiquent que les risques sont accrus lorsque la consommation commence à un plus jeune âge et qu’elle est fréquente. 2,3 Les jeunes sont plus vulnérables que d’autres populations aux torts causés par le cannabis, car leur cerveau est encore en développement et les effets néfastes ne sont peut-être pas complètement réversibles lorsque s’arrête l’usage.

Qu’est-ce que tout cela signifie pour les enseignants et les élèves ?

Il est important que les élèves comprennent les risques qui leur sont particuliers et leur impact sur leur cerveau en développement. Pour résumer, ces risques peuvent inclure une détérioration des résultats scolaires, un risque accru de décrochage et des problèmes associés aux éléments suivants :   

  • la mémoire
  • la concentration
  • la prise de décisions
  • l’apprentissage
  • le contrôle des impulsions
  • la gestion des émotions
  • la résolution de problèmes
  • la réalisation de travaux scolaires

Les élèves doivent posséder la meilleure information possible pour pouvoir prendre des décisions éclairées au sujet de leur sécurité, de leur santé et de leur bien-être. Il ne fait aucun doute que les enseignants ont donc un rôle essentiel à assumer pour ce faire. Un apprentissage dans un endroit bienveillant comme la salle de classe permettra aux élèves de songer de façon critique aux choix qu’ils doivent faire. L’accès à ce savoir et à des outils renforcera leur confiance et les aidera à prendre des décisions saines et éclairées concernant le cannabis et les situations connexes. 

En vue de ces importantes discussions avec vos élèves, l’Équipe d’appui pour la santé mentale dans les écoles, le ministère de l’Éducation, et le Programme de soutien au système provincial du Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) viennent de publier une fiche-info sur le cannabis qui se veut un outil pour aider les enseignants à parler du cannabis aux jeunes.  

Une fiche de renseignements pour les parents, les tuteurs et les aidants est aussi offerte afin de favoriser les conversations avec les jeunes au sujet du cannabis. Cette fiche comprend une liste exhaustive de ressources additionnelles permettant de renforcer les connaissances personnelles sur le cannabis.

Remplissez le formulaire de la chronique L’heure juste sur le cannabis pour soumettre vos questions à Ophea pour la chronique du mois prochain. Visitez la page Web consacrée aux Ressources d’éducation sur le cannabis pour consulter un répertoire de ressources. Vous pouvez aussi vous inscrire afin de recevoir le bulletin eConnexion d’Ophea pour lire la chronique du mois prochain et pour demeurer au courant des enjeux actuels, des plus récentes ressources et des évènements à venir !

Merci !
Ophea et le Programme de soutien au système provincial de CAMH

 

Références

  1. Boak, A., Hamilton, H., Adlaf, E. M., & Mann, R. R. (2017). Drug use among Ontario students, 1977-2017: Detailed findings from the Ontario Student Drug Use and Health Survey (avec résumé en français du rapport sur la consommation de drogues – SCDSEO 2017). CAMH Research Document Series No. 46. URL : https://www.camh.ca/-/media/files/pdf---osduhs/drug-use-among-ontario-students-1977-2017---detailed-findings-from-the-osduhs.pdf  
  2. Gouvernement du Canada. Effets du cannabis sur la santé. URL : https://www.canada.ca/content/dam/hc-sc/documents/services/campaigns/27-16-1808-Factsheet-Health-Effects-fra-web.pdf
  3. George, T., & Vaccarino, F. (éd.). (2015). Toxicomanie au Canada : Les effets de la consommation de cannabis pendant l’adolescence. Ottawa, ON : Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances. URL : http://www.ccsa.ca/Resource Library/CCSA-Effects-of-Cannabis-Use-during-Adolescence-Report-2015-fr.pdf