Moins de compétition + plus de plaisir = activité physique pour tous | Ophea.net

Moins de compétition + plus de plaisir = activité physique pour tous

Mardi, Avril 2, 2019 - 09:33

Les activités intra-muros accueillent tous les élèves au jeu !

Certains élèves sont tout simplement laissés pour compte dans le cadre des sports de compétition. Comme l’explique Steve Friesen, enseignant à la retraite, conseiller pour Ophea pour le programme Visez plus haut, et fondateur à l’origine du programme, « Si un élève ne fait partie d’une équipe compétitive à l’âge de huit ou dix ans, il est peu probable qu’il fera partie de l’équipe de basketball au secondaire, car il n’aura pas les habiletés et l’expérience requises. Ce sont les mêmes élèves que nous voyons, saison après saison, année après année dans le système d’équipe sportive scolaire. »

Ophea croit que l’éducation physique sur une base quotidienne et la possibilité de faire de l’activité physique et du sport représentent un droit fondamental pour tous les élèves en Ontario. Et les activités intra-muros peuvent changer la donne lorsque vient le temps de faire bouger tous les élèves. Ces activités, qui ont lieu à l’école lors des pauses, ne requièrent pas de camp de sélection. De plus, si ces activités sont mises en œuvre systématiquement, elles peuvent permettre à tous les élèves de participer, offrir des possibilités aux élèves de faire preuve de leadership, et créer un fort sentiment d’appartenance.[1] [2]

Les activités intra-muros sont pour tous.

Selon le Bulletin de l’activité physique chez les jeunes de ParticipACTION de 2018, seulement 35 % des jeunes âgés de 5 à 17 ans satisfont au niveau d’activité physique recommandé par les Directives canadiennes en matière de mouvement sur 24 heures pour les enfants et les jeunes. Cela peut entraîner des conséquences sur leur santé physique et avoir un effet néfaste sur leur bien-être mental et émotionnel. Les activités intra-muros sont un puissant antidote à ce problème.

Selon M. Friesen, « Lorsqu’un bon programme intra-muros est en place, le gymnase devient l’un des endroits les plus achalandés à l’école. Les élèves se sentent plus inclus. Ils ont un sentiment d’appartenance et se réjouissent à l’idée de participer la prochaine fois. C’est ce sentiment d’appartenance qui change tout. »

Pour assurer son succès, un programme intra-muros doit écouter les élèves, leur donner des choix et mettre l’accent sur leur participation.

Afin d’aider les écoles à tirer parti des bienfaits des activités intra-muros, Ophea est fier de relancer le programme intra-muros Visez plus haut ; le programme propose du nouveau contenu, une démarche en quatre étapes, et un nouveau site Web. Afin que le programme révisé favorise la participation de tous les élèves, l’Association canadienne pour l’avancement des femmes, du sport et de l’activité physique, le Centre canadien de la diversité des genres et de la sexualité, CIRA-Ontario, et la Commission des étudiants du Canada y ont apporté leurs contributions.  

« Lorsque les écoles s’inscrivent à ce programme gratuit, elles ont accès à des ressources conviviales prêtes à utiliser, » explique Joanne Walsh, rédactrice en chef du programme et ancienne coordinatrice d’éducation physique et santé au Halton District School Board. Le programme intra-muros Visez plus haut encadre les organisateurs à travers une démarche à quatre étapes. La première étape est la mise sur pied d’un comité. Un membre du personnel doit en faire partie à titre de conseiller. Le reste du comité devrait idéalement être composé d’élèves qui reflètent la diversité présente à l’école.

Lorsque le comité est formé, les membres passent à la deuxième étape : l’évaluation des besoins et des atouts. Au cours de cette étape, il faut répertorier le matériel et les espaces disponibles et déterminer les types d’activités à organiser.

À ce stade-ci, Mme Walsh conseille aux comités de communiquer avec des groupes d’élèves qui habituellement ne participent pas afin de recueillir leurs commentaires.

Pour avoir un impact positif sur la santé mentale et physique de l’ensemble des élèves, les activités intra-muros doivent promouvoir activement la participation des élèves sous-représentés et moins ciblés par d’autres activités. Comme le précise Mme Walsh, « Lorsque vous cernez un groupe d’élèves qui ne participe pas, vous devez écouter ce qu’ils ont à dire et être innovateur et créatif afin d’offrir des activités qui répondent à leurs besoins. Nous ne devons pas penser à ce qui, selon nous, les inciterait à participer, mais plutôt les consulter. » Pour recueillir leurs commentaires, il est possible de mener des enquêtes auprès de ces élèves, mais il est encore mieux d’inclure des membres des communautés sous-représentés dans le comité.  

Les activités intra-muros, ça peut être bien plus que le hockey en salle et le basketball !

Pour faire bouger les choses (et les élèves !), il faut du changement. Si vous mettez en œuvre une variété de nouvelles activités, vous êtes plus susceptibles d’attirer de nouveaux participants. Selon ce qui intéresse les élèves, le comité peut choisir des activités de conditionnement physique ou des variantes de jeux traditionnels qui introduisent des règles ou du matériel pour que tous les participants aient les mêmes chances de réussir.

Par exemple, à l’école où travaillait M.Friesen, le flicker-ball, une combinaison du football et du basketball, attirait toujours une foule. « Lorsque le ballon touche le sol, il a tendance à bondir, ce qui laisse beaucoup de place à la chance et à l’effort, » dit-il.     

Le leadership des élèves favorise la pérennité.

Le leadership des élèves est non seulement la meilleure façon d’obtenir une forte participation au programme, mais c’est aussi un élément important pour sa pérennité. Après tout, le personnel enseignant est très occupé. Et bien que des membres du personnel enseignant doivent être présents pour assurer la supervision, les élèves sont capables de planifier les activités, d’agir en tant qu’arbitres, de faire la promotion du programme, de sortir et de ranger le matériel, et bien plus encore. À la troisième étape, les élèves continuent d’assumer un rôle de premier plan dans l’élaboration et la mise en œuvre de leur plan d’action.

Comme l’explique Mme Walsh, « Ils se partagent les responsabilités et la charge de travail, et acquièrent ces importantes habiletés de vie, ce que nous souhaitons pour tous les élèves. »  

Faites le suivi, puis une réflexion… et répétez !  

Votre programme atteint-il son objectif ? Incite-t-il plus d’élèves à être actifs ? La quatrième étape est consacrée à l’évaluation des résultats obtenus, des succès et des ratés, puis à la mise à jour des plans pour l’année suivante.

Cette étape est également une excellente occasion de reconnaître les efforts des membres du comité.

Embarquez dans le jeu en vous inscrivant dès aujourd’hui.

Il est possible de s’inscrire pour cette année scolaire au programme intra-muros Visez plus haut jusqu’au 31 mai 2019. Chaque école participante aura la possibilité de recevoir une attestation de participation d’Ophea.

« Le programme propose des outils utiles pour une personne qui en est à sa première expérience d’organiser des activités intra-muros pour la guider dans la démarche et lui permettre de penser à tout, » explique en conclusion Mme Walsh, « et les organisateurs plus chevronnés qui sont à la recherche de nouvelles idées pour continuer à améliorer leur programme y trouveront aussi leur compte. »


[1] "Copenhagen Consensus Conference 2016: children, youth, and physical activity in schools and during leisure time." British Journal of Sports Medicine 50, no. 19 (2016): 1177-78.

[2] Canada. Ontario. Ministère de l’Éducation. Le curriculum de l’Ontario de la 1re à la 8e édition (révisé, version provisoire, republié 2018) (Toronto: Ontario, ministère de l’Éducation, 2018).