Pleins feux sur un enseignant en septembre : Russ Minnis | Ophea.net

Pleins feux sur un enseignant en septembre : Russ Minnis

Jeudi, Septembre 21, 2017 - 13:23

Ophea est fier de vous présenter une série de blogues mettant en vedette des enseignants ou des enseignantes qui sont des leaders en matière d’éducation physique et santé. Ils y répondent à des questions et proposent des idées, des conseils et des ressources.

Dans notre premier blogue, Russ Minnis vous suggère des idées pratiques pour vous aider à démarrer l’année scolaire du bon pied.

Questions-réponses avec Russ Minnis :

1.  À quelles années d’études enseignez-vous principalement?

J’enseigne aux élèves de la maternelle à la 8e année. (18 classes)

2.   Depuis combien de temps enseignez-vous l’éducation physique et santé (ÉPS)?

Il s’agit de ma 19e année en tant qu’enseignant, et ma 16e comme spécialiste en ÉPS ; toutes à la même école, l’École St-Jean-Baptiste, CSC Providence (catholique francophone).

3.   Pourquoi souhaitiez-vous enseigner l’ÉPS?

Quand je fréquentais l’école élémentaire, j’avais un formidable enseignant d’ÉPS. C’était incroyable de voir le changement positif chez moi et mes camarades de classe lorsque nous savions que nous avions un cours d’éducation physique. Cet enseignant nous motivait tous à faire de notre mieux, peu importe ce que c’était. Il était rempli d’énergie positive. Il avait un impact important sur l’ensemble de notre journée et nous étions enthousiastes sachant que nous avions son cours.

Plus tard, il a changé d’école et il s’est retrouvé dans mon école secondaire alors que j’étais en 9e année. Il a eu le même impact important en tant qu’entraîneur et enseignant d’ÉPS au secondaire. Je voulais être comme lui. Je sais que je souhaitais être un enseignant d’ÉPS francophone depuis la 7e année.

 4.   Quels sont certains objectifs que vous aimez établir avec vos élèves au commencement d’une nouvelle année scolaire?

L’établissement d’objectifs au commencement de l’année scolaire est quelque chose de très personnel. Je demande aux élèves de songer à leur année précédente pour les aider à établir de nouveaux objectifs. Les objectifs diffèrent grandement d’un élève à l’autre ; ils sont parfois très précis ou ils peuvent être d’ordre plus général.

Par exemple, un élève peut avoir comme objectif d’apporter des vêtements de rechange la plupart du temps, tandis qu’un autre pourrait avoir comme objectif de changer de partenaires plus fréquemment afin d’aider à créer des activités inclusives. Certains élèves peuvent vouloir mettre l’accent sur leur condition physique et tenter d’améliorer leur endurance et aussi de boire plus d’eau. D’autres peuvent souhaiter être moins compétitifs, être plus inclusifs, essayer plus fort, mettre l’accent sur une habileté particulière, ou participer plus souvent.

Il y a toujours des objectifs plus précis qui sont associés à chaque unité d’apprentissage ; cependant, les objectifs établis au début de l’année aident les élèves à orienter leur façon de penser pour bien commencer et poursuivre l’année.

5. Comment préparez-vous un espace d’apprentissage afin que tous les élèves se sentent en sécurité et inclus dès le commencement de l’année?

Dès le premier jour, j’enseigne aux élèves au sujet de la sécurité physique en abordant les éléments suivants :

  • Le gymnase : la sortie de secours, le confinement en cas d’urgence, les endroits où ils peuvent ou non jouer, la façon d’utiliser les vestiaires, les toilettes, les espaces extérieurs, les terrains, etc.
  • Des unités de jeux de coopération pour qu’ils apprennent l’importance de l’espace personnel, de participer, de coopérer, de faire preuve de leadership et de faire valoir leurs opinions, la façon d’évaluer le succès, etc.
  • Les règles de sécurité comme « l’intensité appropriée » : pour chaque situation ou activité, les élèves déterminent ce qui constitue l’intensité appropriée afin d’assurer leur sécurité et leur réussite et celles de leurs camarades de classe.
  • Une variété d’activités : les élèves aiment avoir des choix relativement aux personnes avec qui ils jouent, à l’équipement qu’ils utilisent et à la façon dont ils s’entraînent afin d’améliorer leurs habiletés. Je tente d’offrir une grande variété d’activités dans le cadre d’une unité afin que les élèves puissent bien se sentir sachant que s’ils n’ont pas réussi cette fois-ci, ils auront d’autres occasions de réussir lors d’une activité différente.

 6.   Y a-t-il des pièces d’équipement que vous aimez utiliser tout au long de l’année? Comment vous assurez-vous que les élèves les utilisent de façon sécuritaire?

J’essaie d’utiliser une variété de pièces d’équipement pour aider les élèves à trouver le meilleur outil pour apprendre, pour s’entraîner et pour démontrer leur réussite lors des activités.

J’essaie d’éviter d’avoir des ensembles pour jouer à des sports particuliers. Par exemple, je n’ai pas besoin de 30 ballons de basketball pour enseigner à dribler un ballon. Je préfère plutôt avoir des ballons de basketball, de volleyball et de kickball, ou des ballons en mousse qui rebondissent haut. Chaque type de ballon apporte un nouveau degré de difficulté et un nouveau défi pour aider les élèves à acquérir l’habileté. Il est essentiel d’avoir de la variété pour maintenir l’intérêt des élèves !

Je tente de choisir du nouvel équipement qui peut être utilisé avec les élèves de la maternelle à la 8e année. Les élèves plus jeunes ont besoin de variété pour découvrir de nouvelles habiletés grâce à l’enquête, tandis que les élèves plus âgés ont besoin de variété pour conserver les éléments de nouveauté et de défi dans l’apprentissage.

Je présente de nouvelles pièces d’équipement à chaque classe. Je demande aux élèves de déterminer les limites en matière de sécurité pour chaque pièce. L’inclusion des élèves dans des discussions favorise leur compréhension de certaines règles particulières.

 7.   Qu’est-ce qui vous aide dans votre travail d’enseignant à renforcer la confiance des élèves lorsque vous enseignez l’ÉPS?

J’essaie de faire de l’ÉPS un évènement chaque fois que les élèves viennent au gymnase. Je fais appel à une variété d’activités, de pièces d’équipement et de pièces musicales afin de favoriser leur engagement. Je veux que les élèves s’amusent en apprenant de nouvelles habiletés et de nouvelles stratégies à travers différents jeux et défis. Étant un enseignant d’ÉPS, j’ai la grande responsabilité de montrer aux élèves le plaisir d’être heureux, en santé et actif ! Donc, à partir du moment où ils veulent venir au cours d’ÉPS, ils peuvent acquérir la confiance dont ils ont besoin pour surmonter tout défi auquel ils sont confrontés.

 8.   Nommez une chose cette année qui vous rend enthousiaste et qui vous permettra d’aider les élèves à développer des habiletés favorisant une vie saine.

Je suis très enthousiaste à l’idée d’appuyer les élèves dans l’atteinte de leurs objectifs personnels, dans l’utilisation de leurs habiletés et l’élaboration de stratégies pour réussir à l’école et à la maison. Je veux les aider à comprendre que les choix et les options qui s’offrent à eux sont très importants. Je souhaite les mettre au défi de faire de leur mieux, peu importe la discussion, l’activité ou le moment. Essentiellement, de tester leurs limites et de voir où cela les mènera.

 9.   Est-ce qu’il y a des ressources ou des outils que vous recommanderiez à de nouveaux enseignants d’ÉPS?

Je recommande sans hésitation d’utiliser le site Web du Carrefour pédagogique d’Ophea. On y trouve une panoplie d’outils et de ressources et il s’agit d’un excellent point de départpour l’enseignement de l’ÉPS, peu importe l’âge et les niveaux d’aptitude et d’habileté des élèves.

Je recommande également le site Web de CIRA Ontario —les jeux qui y sont proposés sont formidables. Mes jeux préférés sont les jeux de tague, car mes élèves aiment bien jouer à un jeu de tague pour s’échauffer et un jeu de roche-papier-ciseaux, car il n’y a rien de mieux pour résoudre un problème qu’une petite partie de R-P-C.

10. Avez-vous des conseils dont vous aimeriez faire part aux enseignants d’ÉPS qui entament la nouvelle année scolaire?

À mon avis, le travail d’enseignant d’ÉPS est la meilleure carrière qui soit. Il est gratifiant de savoir que nous pouvons avoir un impact la vie durant sur nos élèves. Cependant, l’enseignement de l’ÉPS doit être « intentionnel » et non pas « occupationnel ». Il y a toujours un moment et un endroit propices pour jouer à un jeu que l’on aime tout simplement pour s’amuser, mais nous sommes des professionnels. Notre temps avec les élèves est précieux et l’enseignement devrait toujours être axé vers un résultat d’apprentissage. Le temps ne devrait pas être utilisé pour garder les élèves occupés ; ils ont besoin d’excellents enseignants et ils le méritent !

Avez-vous des conseils ou des recommandations que vous aimeriez communiquer aux enseignants d’ÉPS, qu’ils en soient à leurs premières armes ou expérimentés, pour les aider à entamer la nouvelle année scolaire ? Faites-nous-en part (@OpheaCanada) en utilisant le mot-clic #OpheaHPEtips.