Webinaire : L’Apprentissage en matière de santé mentale en éducation physique et santé au palier élémentaire | Ophea.net

Webinaire : L’Apprentissage en matière de santé mentale en éducation physique et santé au palier élémentaire

Jeudi, Février 27, 2020 - 11:40

Ophea a organisé en janvier deux nouveaux webinaires (un en français et un en anglais) portant sur la santé mentale comme sujet de santé dans le programme-cadre d’éducation physique et santé (ÉPS) du palier élémentaire de 2019. Ces webinaires, qui avaient comme objectif de renforcer la confiance du personnel enseignant, ont examiné des idées pour la mise en œuvre et l’évaluation afin de promouvoir la littératie en santé mentale, un nouveau sujet faisant partie du domaine d’étude Vie saine. De plus, le webinaire a présenté aux participants un éventail de ressources reposant sur des données probantes.  

Nous tenons à remercier nos présentatrices pour ces deux webinaires :

  • Andréanne Fleck Saito est travailleuse sociale autorisée et coach de mise en œuvre chez Santé mentale en milieu scolaire Ontario, une équipe provinciale de mise en œuvre créée dans le but d’aider les conseils scolaires de l’Ontario à promouvoir la santé mentale et le bien-être de tous les élèves. Andréanne a acquis plus de 20 ans d’expérience de travail en milieux communautaires privés et scolaires où elle offre des services directs et prône l’importance de promouvoir la santé mentale des enfants et des jeunes.
  • Karen Trotter est la conseillère pédagogique responsable de la santé et du bien-être des élèves au Conseil scolaire catholique Providence dans le sud-ouest de l’Ontario. Elle enseigne depuis 23 ans, dont 18 ans passés à faire la prestation du programme-cadre d’éducation physique et santé pour la maternelle à la 12e année. Elle est ambassadrice d’Ophea et membre de longue date du Comité consultatif pour la sécurité et la prévention des blessures d’Ophea et du comité exécutif de l’Ontario Association for the Support of Physical and Health Educators (OASPHE). Elle voue une passion pour la santé et le bien-être de tous les élèves et du personnel et elle est une championne de la promotion de l’éducation physique quotidienne. 

Nous tenons également à remercier nos participants pour leur rétroaction et leur participation active tout au long des webinaires. De nombreux acteurs de divers secteurs de l’éducation et de la santé publique y ont pris part.  

Regardez le webinaire dans son entièreté sur notre chaine YouTube et lisez le résumé ci-dessous.

Quel est le rôle du personnel enseignant dans la promotion de la littératie en santé mentale chez les élèves?

La santé mentale est un élément essentiel de la santé globale. En acquérant leurs connaissances et en développant leurs habiletés relativement la santé mentale dès un jeune âge et tout au long de leurs années d’études, les élèves seront outillés pour être plus en santé, pour réussir au quotidien et pour devenir des membres productifs de la société. Ils sauront aussi comment et où trouver de l’aide. 

En intégrant la santé mentale à l’enseignement régulier, les écoles de l’Ontario ont la possibilité de contribuer à la réduction de la stigmatisation associée aux maladies mentales. Lorsque les jeunes apprennent à prendre soin de leur santé mentale au quotidien au même titre que de leur santé physique, ils sont plus susceptibles de demander de l’aide rapidement en cas de problème. Les enseignants sont bien placés pour favoriser l’apprentissage des élèves sur la santé mentale et pour identifier et aider les élèves qui peuvent avoir des difficultés à gérer leurs émotions et leurs comportements. Le personnel enseignant reconnaît que chacun a des expériences différentes relativement à sa santé mentale, et qu’il s’agit donc d’un sujet à aborder avec délicatesse. Il est important de connaître les élèves et de tenir compte de la vaste expérience qu’ils apportent en classe. Le personnel enseignant présente des connaissances de manière objective et encourage les élèves à exprimer leurs pensées et leur raisonnement en progressant dans l’apprentissage. Au cours des webinaires, il fut mentionné à plusieurs reprises, et il est impératif de se le rappeler, qu’il ne relève pas du rôle des enseignants d’évaluer la santé mentale des élèves, de poser un diagnostic de problèmes de santé mentale, ou de les traiter.

« Au moment d’aborder un sujet, surtout un sujet délicat, il est important de donner à l’élève l’occasion d’explorer tous les volets de la question pour en favoriser la compréhension. Le personnel enseignant doit examiner ses préjugés et ses besoins en matière de soutien et d’information. On doit lui présenter les faits de façon objective, et lui fournir les renseignements qu’il lui faut pour prendre des décisions éclairées. Il importe de définir les règles de base pour que la discussion se déroule dans un climat où tous se sentent acceptés, inclus et respectés. »[1]

À quel endroit du programme-cadre d’ÉPS du palier élémentaire de 2019 la littératie en santé mentale est-elle abordée?

La littératie en santé mentale est un sujet du domaine d’étude D (Vie saine) du programme-cadre d’ÉPS du palier élémentaire de 2019. « Les attentes et les contenus d’apprentissage en matière de santé mentale prévoient une progression précise de l’apprentissage d’une année d’études à l’autre dans le but de développer la littératie des élèves en santé mentale. Cet apprentissage est essentiel au développement des habiletés socioémotionnelles et à la compréhension des liens entre la santé physique et la santé mentale qui font partie intégrante du programme-cadre. » [2]

Comme pour chaque contenu d’apprentissage du programme-cadre, les contenus d’apprentissage associés à la littératie en santé mentale sont clairement liés à des contenus d’apprentissage relatifs à l’apprentissage socioémotionnel du domaine A du programme-cadre d’ÉPS du palier élémentaire de 2019. « Ce domaine vise le développement des habiletés socioémotionnelles de l’élève pour favoriser son état général de santé et de bien-être, y compris la santé mentale positive, ainsi que sa capacité d’apprendre, d’améliorer sa résilience et de s’épanouir. Chaque année d’études, l’apprentissage lié à ce domaine d’étude se déroule et est évalué dans le contexte des situations d’apprentissage des trois autres domaines. »[3]

Les habiletés socioémotionnelles sont présentées à la fin de chaque contenu d’apprentissage dans des balises entre crochets à l’aide des mots repères suivants : A1.1 Émotions, 1.2 Adaptation, 1.3 Motivation, 1.4 Relations, 1.5 Identité et 1.6 Pensée. Voici un exemple de la 4e année (D2.5) : « décrire de quelles façons les choix faits tous les jours peuvent avoir une incidence positive sur sa santé mentale (p. ex., prendre du temps pour analyser ses sentiments; dormir suffisamment, interagir socialement et sincèrement en personne avec d’autres; être physiquement active et actif; utiliser des stratégies de pleine conscience; établir des liens avec des adultes responsables et bienveillants; participer à quelque chose de “plus grand” que soi-même qui demande de contribuer au bien public) ». [A1.2 Adaptation, 1.5 Identité, 1.6 Pensée].[4]

Les participants au webinaire ont souligné l’importance des éléments suivants dans la littératie en santé mentale : la sensibilisation, la prévention et la promotion, les relations, la réduction de la stigmatisation, les ressources de soutien à l’école et dans l’ensemble de la communauté, et des stratégies pour composer avec le stress quotidien.

Qu’est-ce que la littératie en santé mentale?

Pour commencer, il faut comprendre le lien entre santé mentale et maladie mentale pour développer sa littératie en santé mentale.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) définit la santé mentale comme étant « un état de bien-être dans lequel une personne peut se réaliser, surmonter les tensions normales de la vie, accomplir un travail productif et contribuer à la vie de sa communauté. Dans ce sens positif, la santé mentale est le fondement du bien-être d’un individu et du bon fonctionnement d’une communauté» [5]

L’Agence de la santé publique du Canada élargit cette définition. Elle définit la santé mentale comme « la capacité qu’a chacun d’entre nous de ressentir, de penser et d’agir de manière à améliorer notre aptitude à jouir de la vie et à relever les défis auxquels nous sommes confrontés. Il s’agit d’un sentiment positif de bien-être émotionnel et spirituel qui respecte l’importance de la culture, de l’équité, de la justice sociale, des interactions et de la dignité personnelle. » [6]

L’Agence de la santé publique du Canada définit les maladies mentales comme un éventail de maladies qui « sont caractérisées par des altérations de la pensée, de l’humeur ou du comportement associées à un état de détresse et de dysfonctionnement marqués (sic). »[7]

Une illustration qui aide les élèves à bien comprendre le lien entre la santé mentale et la maladie mentale est le Modèle à deux continuums.[8] Le contenu d’apprentissage D1.6 du domaine Vie saine relatif à la littératie en santé mentale utilise l’exemple suivant : « La santé mentale et la maladie mentale sont comme la santé physique et la maladie physique. Une personne peut être en bonne santé, mais avoir une maladie qui a été diagnostiquée. Nous ne disons pas d’une personne qui a une maladie telle que le diabète ou l’asthme qu’elle est “maladive”. Si cette personne fait des choix sains, tels que dormir suffisamment, être physiquement active tous les jours et manger des aliments sains nutritifs, elle peut se maintenir en bonne santé tout en ayant une maladie diagnostiquée. Il en va de même pour la santé mentale. Si une personne prend soin de sa santé mentale du mieux qu’elle le peut et éprouve un sentiment de bien-être et de résilience, cette personne est mentalement saine bien qu’elle ait été diagnostiquée (sic) avec une maladie mentale, comme un trouble anxieux ou une dépression. Que nous ayons été ou non diagnostiqué (sic) avec une maladie mentale, notre santé mentale est influencée par nos sentiments, nos pensées et nos actions ainsi que par les expériences et les circonstances de nos vies de tous les jours. »[9]

L’évaluation et la communication du rendement en vue d’améliorer l’apprentissage des élèves

Les connaissances acquises relativement aux contenus d’apprentissage pour la littératie en santé mentale peuvent être évaluées par des conversations et des observations au fil du temps avec les élèves (p. ex., autoévaluation et réflexions des élèves, billets de sortie, billets de journal, entretiens enseignant-élève, fiches anecdotiques).

L’outil d’évaluation devrait tenir compte des critères d’évaluation (connaissance et compréhension; habiletés de la pensée; communication; mise en application). La ressource Faire croître le succès : évaluation et communication du rendement des élèves fréquentant les écoles de l’Ontario du ministère de l’Éducation de l’Ontario peut être très utile.

Quelles sont certaines considérations pour la planification d’un programme?

Toutes les stratégies pédagogiques ci-dessous sont tirées des webinaires et sont associées à des contenus d’apprentissage pour des années d’études particulières. 

  • Le triangle cognitif : Les pensées influencent nos sentiments. Nos sentiments influencent nos pensées et nos comportements. Nos comportements renforcent nos pensées.[10] 
  • Tableau des sentiments : Quel est l’état de votre corps lorsque vous ressentez certaines émotions (p. ex., joie, colère, gêne, stress)?
  • Trousse pour un moment de pleine conscience : Avec les élèves, créez une trousse qui inclut des stratégies et qui peut être utilisée pour gérer leurs sentiments. Par exemple, les élèves pourraient tenir un journal pour consigner leurs pensées et leurs sentiments en écrivant ou en dessinant. Créez une trousse pour un moment de pleine conscience pour votre gymnase ou votre salle de classe que les élèves peuvent utiliser en tout temps en classe ou lors des cours d’éducation physique.
  • Quelle est l’ampleur de ton problème? Expliquez ce en quoi consiste un problème gros comme un « caillou », une « roche » ou un « rocher », donnez des exemples pour chacun, et expliquez comment gérer ses émotions lorsque l’on éprouve ces types de problèmes. Trouvez des stratégies avec les élèves pour « réduire la taille » des problèmes.
  • Lutte contre la stigmatisation : Mettez en application les principes suivants : bien peser ses mots; poser des questions, se renseigner; écouter les expériences, sensibiliser autrui et soutenir les gens.[11]
  • Recette pour une relation saine : Discutez de ce qui importe aux élèves dans une amitié de qualité. Discutez de leur rôle dans une amitié et du soutien qu’ils peuvent apporter à l’autre personne lorsque cette dernière éprouve des problèmes (p. ex., passer du temps ensemble, être disponible pour parler).
  • Mises en situation : Expliquez comment reconnaître, accepter et gérer des émotions à l’aide de mises en situation. Utilisez des exemples proposés par les élèves de leurs expériences quotidiennes en classe ou lors de la récréation.
  • Création d’une campagne pour lutter contre la stigmatisation : Aidez les élèves à comprendre comment leurs mots, leurs actions et leurs attitudes peuvent prévenir la stigmatisation ou amplifier le problème et comment ils peuvent faire en sorte que la stigmatisation n’est pas présente dans leur vie quotidienne à la maison, à l’école ou dans la communauté.
  • MOI, NOUS DEUX, NOUS TOUS : Créez une liste de stratégies « moi/nous deux/nous tous » que les élèves peuvent utiliser pour favoriser une santé mentale positive. Par exemple : Moi — Trouver des façons d’intégrer le mouvement aux activités de la journée; prendre le temps de s’adonner à un passe-temps. Nous deux — Appeler un ami ou une amie pour passer du temps ensemble ou pour aller jouer dans un centre communautaire ou au terrain de jeux avec d’autres amis. Nous tous — Faire du bénévolat au sein de la communauté. Aider l’enseignant en classe.

Quel est le lien entre la santé mentale et l’activité physique?

Il est important de souligner que les leçons et les discussions relatives à la littératie en santé mentale n’ont pas lieu seulement en classe. Nous connaissons les effets et les bienfaits de l’activité physique quotidienne. Vous pourriez faire faire aux élèves des activités physiques traditionnelles (p. ex., basketball, hockey en salle, badminton) et des activités physiques non traditionnelles (p. ex., yoga, tchoukball, luge) et leur demander de décrire comment ils se sentent (physiquement et mentalement) avant, pendant et après les activités afin de faire des rapprochements entre l’activité physique et la santé mentale.

Ressources additionnelles

Vidéos

Suivez-nous sur Twitter et consultez notre bulletin électronique mensuel eConnexion pour tout savoir sur notre série de webinaires et d’autres possibilités de perfectionnement professionnel.


[1] Ministère de l’Éducation de l’Ontario. (2019). Le curriculum de l’Ontario de la 1re à la 8e année – Éducation physique et santé (p. 46). Consulté à l’adresse : http://www.edu.gov.on.ca/fre/curriculum/elementary/2019-education-physique-sante-1rea8e-annee.pdf

[2] Ministère de l’Éducation de l’Ontario. (2019). Le curriculum de l’Ontario de la 1re à la 8e année – Éducation physique et santé (p. 50). Consulté à l’adresse : http://www.edu.gov.on.ca/fre/curriculum/elementary/2019-education-physique-sante-1rea8e-annee.pdf

[3] Ministère de l’Éducation de l’Ontario. (2019). Le curriculum de l’Ontario de la 1re à la 8e année – Éducation physique et santé (p. 29). Consulté à l’adresse : http://www.edu.gov.on.ca/fre/curriculum/elementary/2019-education-physique-sante-1rea8e-annee.pdf

[4] Ministère de l’Éducation de l’Ontario. (2019). Le curriculum de l’Ontario de la 1re à la 8e année – Éducation physique et santé (p. 205). Consulté à l’adresse : http://www.edu.gov.on.ca/fre/curriculum/elementary/2019-education-physique-sante-1rea8e-annee.pdf

[5] Organisation mondiale de la Santé. (2018). La santé mentale: renforcer notre action. Consulté à l’adresse : https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/mental-health-strengthening-our-response

[6] Agence de la santé publique du Canada. (2018). Le portail canadien des pratiques exemplaires. Consulté à l’adresse : https://cbpp-pcpe.phac-aspc.gc.ca/fr/public-health-topics/mental-health-and-wellness/

[7] Agence de la santé publique du Canada. (2019). Maladie mentale. Consulté à l’adresse : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies-chroniques/maladie-mentale.html

[8] Association canadienne pour la santé mentale. L’importance de la promotion et de la prévention pour une population en bonne santé mentale. Consulté à l’adresse : https://acsmmontreal.qc.ca/news/importance-promotion-prevention-population-en-bonne-sante-mentale/

[9] Ministère de l’Éducation de l’Ontario. (2019). Le curriculum de l’Ontario de la 1re à la 8e année – Éducation physique et santé (p. 290). Consulté à l’adresse : http://www.edu.gov.on.ca/fre/curriculum/elementary/2019-education-physique-sante-1rea8e-annee.pdf

[10] Institut ontarien du jeu problématique et Centre de la toxicomanie et de santé mentale (CAMH). Consulté à l’adresse : https://learn.problemgambling.ca/PDF library/cbt-handout-fr.pdf

[11] CAMH. Lutte contre la stigmatisation. Récupéré de : https://www.camh.ca/fr/agent-du-changement/lutte-contre-la-stigmatisation